Convention collective nationale des télécommunications du 26 avril 2000 - Textes Attachés - Accord du 22 janvier 2021 relatif à la reconversion ou promotion par alternance « Pro-A »

Etendu par arrêté du 23 juillet 2021 JORF 5 août 2021

IDCC

  • 2148

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 22 janvier 2021. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    HUMAPP,
  • Organisations syndicales des salariés :
    FO ; CFTC ; CFE-CGC ; MAISON CFDT F3C,

Numéro du BO

  • 2021-9
 

Liste des conventions auxquelles ce texte est rattaché

  • Article

    En vigueur étendu

    Les signataires de l'accord du 7 juillet 2020 sur la formation professionnelle dans la branche des télécommunications sont convenus, à l'article 3 dudit accord, de négocier un accord distinct sur la « Pro-A ».

    La « Pro-A » (promotion par alternance), créée par la loi « Avenir professionnel » du 5 septembre 2018 et amendée par l'ordonnance du 21 août 2019, est un dispositif de promotion ou reconversion par alternance permettant aux salariés en contrat à durée à indéterminée, y compris ceux placés en activité partielle, dont la qualification est inférieure au grade de licence, de changer de métier ou de bénéficier d'une évolution professionnelle :
    – par une formation en alternance qualifiante (diplôme, titre professionnel ou CQP inscrits au RNCP) ;
    – ou par des actions permettant de faire valider les acquis de l'expérience (VAE). La « Pro-A » constitue un moyen d'accès à la VAE encouragé par les signataires du présent accord.

    La reconversion ou la promotion par alternance peut s'inscrire en complément du plan de développement des compétences de l'entreprise ou du compte personnel de formation (CPF).

    La possibilité d'articulation de la « Pro-A » avec le plan de développement des compétences, le CPF et ou la VAE peut être abordée dans le cadre de l'entretien professionnel consacré aux perspectives d'évolution professionnelle et à la formation des salariés potentiellement concernés par ce dispositif.

    La formation comporte à la fois des enseignements généraux, technologiques et professionnels, délivrés en centre de formation ou dans l'entreprise, si elle dispose d'un service formation compétent, et l'acquisition de savoir-faire professionnels en exerçant dans l'entreprise des activités en lien avec la qualification préparée.

    La « Pro-A » peut être mise en œuvre à l'initiative de l'employeur ou du salarié. Lorsqu'elle est mise en œuvre à l'initiative de l'employeur, les périodes de formation ont lieu sur le temps de travail et donnent lieu au maintien de la rémunération.

    Lorsqu'elle est mise en œuvre à l'initiative du salarié, les périodes de formation peuvent avoir lieu en tout ou partie en dehors temps de travail, après accord du salarié.

    Le contrat de travail du salarié fait l'objet d'un avenant qui précise la durée et l'objet de la reconversion ou de la promotion par alternance. Il précise également les fonctions pouvant être occupées en référence à la grille de classification de la convention collective à l'issue de la formation, sous réserve de l'obtention de la certification.

    Le suivi de l'alternance doit être assuré par un tuteur dans l'entreprise, dans les conditions fixées à l'article 5 de l'accord du 7 juillet 2020 sur la formation professionnelle.

    La durée du dispositif « Pro-A » est de 6 à 12 mois, les actions de formation devant représenter entre 15 et 25 % de la durée du dispositif avec un minimum de 150 heures, à l'exception des parcours visant CléA ou la validation des acquis de l'expérience (VAE) qui peuvent être plus courts. Elle peut être portée à 24 mois si la durée de formation nécessaire à l'obtention de la certification, prévue à l'article ci-après, l'exige.

  • Article 1er

    En vigueur étendu

    Liste des certifications éligibles

    Les entreprises de la branche des télécommunications souhaitent, via le nouveau dispositif de la « Pro-A », pouvoir proposer à certains de leurs collaborateurs dont le niveau de diplôme ou de certification est aujourd'hui inférieur au grade de licence (niveau 6 du nouveau cadre national des certifications) des parcours de reconversion professionnelle en alternance vers des familles de métiers à fort enjeu stratégique pour lesquelles le renforcement et l'acquisition de compétences nouvelles sont nécessaires et pour lesquelles elles auront d'importants besoins en recrutements dans les années à venir.

    Les métiers en croissance, et à fort enjeu en compétences, tels qu'identifiés par les entreprises du secteur et par l'observatoire des métiers de la branche des télécommunications concernent notamment les domaines suivants :
    – la cybersécurité et la sécurité : le besoin croissant des clients, notamment BtoB (de la PME à la multinationale) en matière de sécurité numérique et de protection des données (continuité d'activité, confidentialité des données, etc.) modifie les process, l'organisation, les outils et les compétences des salariés ;
    – l'intelligence artificielle, la data et le développement informatique : le déploiement à grande échelle de l'intelligence artificielle et de l'utilisation des données pour améliorer l'expérience client (design prédictif des offres), la qualité des réseaux (maintenance, amélioration de la qualité de service …) et l'efficacité des processus (détection de la fraude, etc.) nécessitent d'adapter les compétences des salariés pour répondre à une demande en profonde évolution ;
    – les réseaux : l'accélération de la virtualisation des réseaux, le développement du cloud notamment dans le domaine du B2B, le déploiement de la 5G engendrent une transformation prononcée des activités et des compétences requises ;
    – la commercialisation des nouveaux services particulièrement en B to B dont les offres sont de plus en plus complexes.

    Pour répondre à cet objectif, les signataires du présent accord établissent cette première liste de titres inscrits au registre national des certifications professionnelles (RNCP) qui pourraient être éligibles au dispositif de la « Pro-A ». Ils conviennent en outre que la CPNE de la branche veillera à la mise à jour de cette liste de certifications et proposera, en tant que de besoin, à la CPPNI, de compléter ou amender le présent accord par avenant.

    MétierCertificationCertificateur
    Sécurité et cybersécuritéLicence pro analyse en sécurité des systèmes télécommunications, réseaux et informatique (ASSTRI) RNCP 22987 (1)CNAM
    Licence pro réseaux et télécommunications spécialité administration et sécurité des réseaux (RNCP 20398) (1)Universités
    Licence pro métiers des réseaux informatiques et télécommunications : administration et sécurité des réseaux ASR (RNCP 27656) (1)Universités
    Licence pro. Métiers de l'informatique administration et sécurité des systèmes et des réseaux (RNCP 29964)Universités
    Technicien systèmes, réseaux et sécurité (RNCP 28668)Ass pour développement de l'insertion pro
    Développement informatique/ CloudDUT informatique (RNCP 20654)IUT
    Concepteur en architecture informatique (RNCP 15253)CNAM
    Licence informatique (RNCP 24514)Université/ CNAM
    BTS services informatiques aux organisations (RNCP 17108)Université
    Administrateur (trice) système et réseaux (RNCP 6631)ENI école informatique
    Développeur en intelligence artificielle (RNCP 34757)Simplon. co
    RéseauxTechnicien de réseaux de télécommunications (RNCP 30999)Ministère du travail
    DUT réseaux et télécoms (RNCP 20649)IUT
    BTS systèmes numériques option A informatique et réseaux (RNCP 20688)Universités
    Licence pro métiers des réseaux informatiques et Télécommunications (RNCP 29968)Université
    Technicien d'intervention telecom (RCNP 9656) (1)Logic
    Expert en infrastructures de réseaux et en services associés (RNCP 26970)Institut Mines Telecom
    Installateur de réseaux de télécommunications (RNCP 30980)Ministère du travail
    Chargé d'études de réseaux de télécommunications (RNCP 34875)Ministère du travail
    DATAExpert en projet digital (RNCP 30749)Global Knowledge
    Développeur en intelligence artificielle (RNCP 34757)Simplon. co
    Santé/ sécuritéLicence professionnelle qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement (RNCP 30098)Universités
    Responsable qualité sécurité environnement (RNCP 16325)CESI
    CommercialChargé de clientèle (RNCP 32204)IGS
    Licence professionnelle management des activités commercialesUniversité de Limoges
    Responsable du développement commercialPigier

    (1) Certifications exclues de l'extension en tant qu'elles contreviennent aux dispositions prévues par l'article L. 6324-3 du code du travail.
    (Arrêté du 23 juillet 2021 - art. 1)

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Financement par l'OPCO

    Les parties signataires conviennent d'un montant forfaitaire de prise en charge de 20 € par heure de formation, dans la limite des conditions d'éligibilité à la péréquation tel que fixé par arrêté ministériel (3 000 € à la date de conclusion du présent accord).

    Les frais de repas, hébergements et transports sont financés dans les conditions fixées par l'OPCO dans la limite de 10 % du montant du plafond de la péréquation.  (1)

    Ils conviennent également que la rémunération maintenue par l'entreprise est prise en charge dans la limite du Smic horaire, dans le respect des dispositions légales.

    La CPNE pourra ajuster le montant forfaitaire horaire de prise en charge, en fonction des fonds disponibles à l'OPCO.

    Les signataires du présent accord demandent à l'OPCO de fournir à la CPNE un état semestriel et un bilan annuel des « Pro-A » qui seront conclus dans la branche.

    (1) Alinéa étendu sous réserve du respect des dispositions de l'article D. 6332-89 du code du travail.  
    (Arrêté du 23 juillet 2021 - art. 1)

  • Article 3

    En vigueur étendu

    Champ et date d'application, durée de validité

    Le champ d'application du présent accord est celui défini par le titre Ier de la convention collective nationale des télécommunications et son avenant du 25 janvier 2002.

    En application de l'article L. 2261-23-1 du code du travail, les signataires conviennent que le contenu du présent accord ne justifie pas de prévoir de dispositions spécifiques pour les entreprises de moins de 50 salariés dans la mesure où l'accord a vocation à s'appliquer uniformément à toutes les entreprises de la branche quelle que soit leur taille.

    Conformément à l'ordonnance du 21 août 2019, le présent accord est applicable à compter de son extension que les parties signataires sont convenues de demander dans le cadre des dispositions légales et de la procédure applicable pour l'extension des accords.

    Cet accord est conclu pour une durée indéterminée.

Retourner en haut de la page