Convention collective nationale des sociétés d'assurances du 27 mai 1992 - Textes Attachés - Accord du 23 décembre 2009 relatif au dialogue social

IDCC

  • 1672

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 23 décembre 2009. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    La fédération française des sociétés d'assurances ; Le groupement des entreprises mutuelles d'assurances,
  • Organisations syndicales des salariés :
    La fédération des services (branche assurances) CFDT ; La fédération de l'assurance CFE-CGC ; Le syndicat national de l'assurance, de l'assistance, des techniciens et agents de maîtrise CFE-CGC ; Le syndicat national des cadres de l'assurance, de la prévoyance et de l'assistance CFE-CGC ; Le syndicat national des inspecteurs d'assurances CFE-CGC ; La fédération des syndicats commerce, services et force de vente CFTC ; La fédération des syndicats du personnel de la banque et de l'assurance (branche assurances) CGT ; La fédération des employés et cadres (section fédérale des assurances) FO,
  • Adhésion :
    UNSA banques assurances 21, rue Jules-Ferry 93177 Bagnolet Cedex, par lettre du 10 juillet 2014 (BO n°2014-34)

Numéro du BO

  • 2010-37
 

Liste des conventions auxquelles ce texte est rattaché

  • Article

    En vigueur non étendu

    Vu l'accord professionnel du 27 mai 1992 intitulé « Vie contractuelle. – Moyens pour les syndicats » ;
    Vu les accords professionnels des 20 décembre 1996, 5 janvier 2000, 14 décembre 2001, 12 décembre 2003 et 20 décembre 2006 reconduisant l'accord précité du 27 mai 1992 ;
    Vu les derniers résultats disponibles des élections des délégués du personnel constatés dans la profession tels qu'ils sont mentionnés en annexe ;
    Vu les dispositions législatives en vigueur concernant la représentativité des organisations syndicales,

    Préambule

    Depuis 1992, la profession de l'assurance accorde des moyens aux organisations syndicales représentatives, permettant ainsi à ces dernières de participer activement au dialogue social de branche.L'encadrement de ces moyens a fait l'objet de plusieurs accords triennaux renouvelés depuis 1992, dont le dernier en vigueur arrive à échéance au 31 décembre 2009.
    Eu égard à l'évolution des dispositions législatives, les partenaires sociaux souhaitent, tout en se laissant le temps de la réflexion au regard de la complexité du sujet, étudier les adaptations qu'il serait nécessaire d'apporter au dispositif de branche.A cet effet, ils conviennent des mesures suivantes :
    – reconduction, en l'état, des dispositions de l'accord du 27 mai 1992 pour une durée de 1 an ;
    – instauration d'une double comptabilisation des résultats des élections au sein des entreprises (comités d'entreprise et délégués du personnel) permettant de mesurer l'audience des organisations syndicales de la branche ;
    – constitution d'un groupe de travail au cours du premier semestre 2010 visant à l'élaboration d'un état des lieux.
    Les travaux dudit groupe seront notamment l'occasion d'aborder les thèmes suivants :

    – les moyens accordés aux organisations syndicales et leur adéquation avec les besoins effectifs du dialogue social de branche ;
    – la prise en compte ou non, dans l'évaluation des moyens, de la fraction de la collecte des fonds de la formation professionnelle consacrée au paritarisme ;
    – la transparence dans la répartition des moyens et la sécurisation juridique de celle-ci, notamment compte tenu des règles applicables dans ce domaine ;
    – la mise en valeur de l'effort global de la profession en faveur du dialogue social de branche ;
    – les mesures susceptibles d'assurer l'égalité de traitement des titulaires de mandats syndicaux, au regard de leur rémunération et de leur évolution de carrière.
    Un rapport commun reprenant les conclusions des travaux menés par les partenaires sociaux sera établi. Celui-ci aura vocation à constituer l'épine dorsale de la négociation qui sera engagée au second semestre 2010.

  • Article 2

    En vigueur non étendu


    Afin d'anticiper les évolutions législatives à venir, les partenaires sociaux conviennent, dès maintenant, tout en conservant le mode de calcul actuel, de débuter la collecte des résultats du premier tour des dernières élections des titulaires aux comités d'entreprise ou à la délégation unique du personnel (ou, à défaut, des délégués du personnel), quel que soit le nombre de votants.

    • Article

      En vigueur non étendu

      Annexe

      Modalités de détermination du contingent prévu au chapitre II. 2.2 de l'accord du 27 mai 1992 pour la période de reconduction du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2010

      Ce contingent est déterminé en fonction des résultats des élections des délégués du personnel les plus récentes intervenues dans la profession :
      CFDT : 41,9 % ;
      CFTC : 10,1 % ;
      CFE-CGC : 16,9 % ;
      CGT : 20,3 % ;
      CGT-FO : 10,8 %.
      NB. − Il s'agit des résultats portant sur les suffrages exprimés, tous collèges confondus, mais abstraction faite des suffrages en faveur des candidats non présentés par les fédérations syndicales ci-dessus.

Retourner en haut de la page